artist & performer

WORKS   news   about   contact


nos météores,
fictions atmosphériques

en collaboration avec Marie-Julie Bourgeois et Cédric Pilorget (Astrophysicien et Maître de Conférences à l'Université Paris-Sud, Institut d'Astrophysique Spatiale IAS, CNRS/Université Paris-Sud)

en cours de production


Production:
Siana l'imaginaire des technologies


Avec le soutien de
Diagonale Paris-Saclay
DICRéAM
Université d'Evry Val d'Essonne
La Région Ile-de-France
Conseil Départemental du 91 Pôle Campus

Depuis le 4 octobre 1957 - date de mise en orbite du premier satellite, Spoutnik - notre planète s’est doublée d’une nouvelle ceinture: une ceinture de débris abandonnés par l’homme dans sa conquête du vide intersidéral. En 2016, on estime que le nombre de ces débris à 750.000. Ces «embouteillages de débris» sont devenus tellement nombreux que les agences spatiales sont obligées de composer les trajectoires et la mise en orbite en fonction de ces déchets. Dans un futur immédiat, il deviendra même impossible de sortir dans l’espace sans un blindage spécial…

Loin d’être une menace invisible, ces débris sont autant d’engins détruits et destructeurs qui «peuvent» nous retomber dessus un jour ou l’autre. On estime à 18.583 le nombre de débris suffisamment dignes d’intérêts pour être surveillés en permanence, et éviter qu’ils ne s’écrasent sur notre planète. Nous ne sommes finalement pas très loin d’une certaine croyance gauloise, métaphysique, ou la peur d’un effondrement du ciel représenterait la fin d’une civilisation, la fin d’un monde.

A l’image de ce 7e continent  de 3,4 millions de km2, artificiel et composé de 334.271 fragments de plastique par km2, une autre «ceinture de déchets» dérivant lentement dans l’océan Pacifique,  - dans un futur proche, il sera peut être impossible de sortir en mer sans un blindage spécial - la photo instagramée de la voiture d’Elon Musk fabriquée ici sur Terre et envoyée là-haut synthétise à elle seule ces traces indélébiles créées par l’homme et déchirant ce vide interminable; ces «débris» que nous accumulons sur Terre ou dans l’espace et qui finiront peut être par nous retomber dessus, au propre comme au figuré.

Nos Météores, Fictions Atmosphériques est une trouée au milieux des météores, un transfuge pour évoquer, à partir de ces traces lumineuses et de l’exploration spatiale, les tranformations du climat...