artist & performer

nos météores, fiction atmosphérique 360°

en collaboration avec Nicolas Jalu, 2020

Crédits:
Univers Plastique: Barthélemy Antoine-Lœff
Stitching: Benjamin Perrin
Montage: Nicolas Jalu
Création sonore, mixage et spaticalisation: Thomas Roche (Mix&Mouse)
Production exécutive: BKE


Production:
Siana l'imaginaire des technologies, dans le cadre de la résidence Nos Météores, Fictions Atmosphériques de Barthélemy Antoine-Lœff et Marie-Julie Bourgeois financée par la Région Ile de France


Avec le soutien de
Diagonale Paris-Saclay
CNC, DICRéAM
Université d'Evry Val d'Essonne
La Région Ile-de-France
Conseil Départemental du 91 Pôle Campus


Remerciements
Antoine Meissonnier, Jeff, Atelier Isjberg

Film 360° de 3’30 à visionner dans un casque VR

Fiction contemporaine et climatique, le projet met en scène de nouvelles manifestations impossibles du climat inspirées des phénomènes Martiens pour évoquer, non sans ironie, l'emballement climatique auquel nous sommes confrontés. La fiction pousse à l'extrème des phénomènes observés qui ne sont pas sans rappeler certaines images de tempêtes de sable en Australie 2009 ou du brouillard orangé provoqué par les feux aux Etats-Unis en 2020.

L’image, le son et l’immersion constituent ici un langage permettant de pousser autrement la voix de ce climat qui craque, par la poésie et le sensible.

Il est apparu essentiel de placer le spectateur au centre d’un « hors temps » pour exprimer l’idée d’un cycle, d’une boucle. Ce « hors temps » est propice à s’extraire des ressorts narratifs classiques pour toucher à la poésie d’un dispositif flirtant avec l’installation ; abstraction dans laquelle le spectateur est libre d’entrer, de rester, de contempler de ressortir, le dispositif continuant à évoluer sans lui, suggérant que finalement, nous ne sommes presque qu’une parenthèse. Nous avons souhaité, par ce biais, sortir des sentier battus du film VR qui a un début, une fin et un générique, pour le repenser comme un lieu.

Il n’y a donc, à l’image du temps qui coule, ni début, ni fin dans notre proposition, mais un passage auquel le spectateur assiste et qu’il est seul à pouvoir décider de quitter pour le laisser aller. En tant que spectateur, nous n’entrons pas dans un récit, nous le prenons « en cours ».En s’émancipant du temps cinématographique, en exploitant le 360° comme procédé d’isolation au monde extérieur, l’idée est de créer un espace, une expérience de perte de repères sensoriels qui rejoint cette idée d’un temps intime et infime qui coule différemment sur chacun de nous, afin de permettre au récit de s’installer dans une extrême lenteur à l’échelle humaine.

Les phénomènes climatiques créés ont tous comme point commun cette extrême temporalité : lente disparition des glaces, pluie huileuse infinie et ralentie, craquement terrestres, brume suspendue composent quelques-uns des tableaux de cette fiction immersive extra-ordinaire.

Site internet du projet: https://nosmeteores.wordpress.com/
Video de présentation du projet: https://vimeo.com/399108791